Je m’appelle Maxime et je suis l’auteur du blog www.trekkingetvoyage.com sur lequel je raconte mes aventures en Belgique et ailleurs. Je vais vous parler de points de vue en Ardenne belge que j’apprécie particulièrement et qui selon moi valent vraiment la peine d’être grimpés afin de profiter d’une vue impressionnante, souvent inattendue et ainsi découvrir une nature unique.

3 randonnées pour 3 styles de marcheurs… Tu es prêt(e) ? C’est parti !

Rocher du Chat, pour les passionné(e)s

Je vous invite d’abord à découvrir ce rocher au nom sympathique qui offre un magnifique panorama sur la région d’Herbeumont. Ce parcours fait un peu moins de 7km mais une belle ascension vous attend avant de pouvoir profiter d’un point de vue incroyable. On cumule ici presque 200 mètres de dénivelé et 2 bonnes heures pour boucler le tracé.

Vous pouvez laisser votre véhicule rue des Epioux (6821 Florenville) sur le bas côté d’un croisement au cœur de la forêt. De là, vous descendez la route 300 mètres vers le sud-ouest pour ensuite prendre à droite et rentrer dans la forêt. Le sentier vous amène le long de la Semois à hauteur de « Gommelire ». Vous longez ensuite la rivière vers la droite et ce pendant 2,5km avant d’entamer la montée vers votre objectif et ce pendant 1,5km. Vous passez alors de 270 mètres d’altitude à 400 mètres ! Oui ça pique, mais ça fait du bien…

“C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.”  Gandhi

Et puis le Rocher du Chat apparaît, dominant la Semois. C’est l’endroit idéal pour se poser, profiter, manger un bout (et ce n’est pas la région qui manque de bons produits…). Selon la légende, Monseigneur du Chat y vivait il y a bien des années. Un jour, vexé d’avoir été repoussé par la nymphe Semois, il envoya ses amis félins l’ennuyer. Pour se venger, elle envoya à son tour quelques hérons qui le firent bondir sur un rocher au milieu de l’eau. Il fut alors happé par les brochets. C’est depuis, dit-on, que les chats ont peur de l’eau…

La fin du parcours vous ramène ensuite au point de départ, en toute facilité.

Si vous voulez encore en prendre plein la vue dans ce joli coin, n’hésitez pas à prendre la route vers Herbeumont à 5km de là afin de découvrir une autre balade de 3,5 km (TRACE GPX) qui se fait au départ de la N884. (A ne pas confondre avec le « Tombeau du Géant » qui se situe à Botassart).

Prenez le temps de contempler cette nature

les panoramas et les randonnées ne manquent en Ardenne. Pour prendre le temps de découvrir tous ces parcours, et pour bien se relaxer après un tel effort, rien de tel que de louer une maison de vacances.

Les crêtes de la Semois, pour les sportif(ve)

Ce parcours sportif de 14,5 km démarre dans le village de Poupehan, dans la région de Bouillon. Il y a possibilité de laisser sa voiture dans les alentours du pont (pas en dessous).

Le tracé mène d’abord en haut du village pour emprunter ensuite le chemin des Faloises qu’il faut continuer jusqu’à la variante du GR16 : la promenade des échelles de Rochehaut. C’est là que cela devient intéressant…  Cette alternative est très jolie mais réservée aux marcheurs qui ont le pied sûr. Sans difficulté réelle, le sentier est cependant parfois accidenté, aérien mais surtout glissant par temps de pluie ou de gel. Je le déconseille donc avec des enfants de moins de 10 ans.

Certains passages nécessitent en effet d’emprunter des échelles. Le sac passe tout juste dans les grands anneaux de sécurité. La montée est ludique mais sportive… Le dénivelé se fait en effet bien sentir mais les jolis points de vue apaisent l’effort. On atteint finalement Rochehaut où on peut profiter du panorama de Frahan, lui aussi souvent confondu avec le Tombeau du géant, vierge de toute habitation.

La suite se fait en descendant jusqu’au village pour remonter vers les crêtes. Cette ligne qui s’élève au milieu d’une boucle de la Semois s’appelle logiquement le « Sentiers des Crêtes » et passe par différentes curiosités géologiques comme les Rochers de Frahanla Gragnettela Ronde Rochela Plate Roche, le Trou Perpète ou le château de Montragut. N’hésitez pas à vous y attarder et explorer la zone… Le reste de la randonnée mène sur une dernière crête vers les Croisettes et la Voie de Corbion et finalement La Chaire à Prêcher qui sera le dernier point de vue cette jolie randonnée. On raconte que ce serait depuis ce promontoire surplombant Poupehan que Pierre l’Ermite aurait convaincu les habitants de la vallée de suivre Godefroid de Bouillon lors de la première croisade !

Le Rocher du Hérou, pour les audacieux(ses)

Nous terminons cet article avec le clou du spectacle ! Le Hérou, un lieu unique en Belgique, probablement un de mes préférés. C’est dans la région de Nadrin, dans la province du Luxembourg en Belgique qu’est situé cet éperon rocheux de +- 1500 m de long et 80 à 90 m de hauteur. Il surplombe les méandres tortueux de l’Ourthe et offre une jolie vue sur la vallée. L’ensemble du site est classé en Natura2000 et est repris sur la liste du patrimoine exceptionnel de la Région wallonne. Son accès est cependant assez engagé, surtout si on arrive par le bas comme je vais vous le proposer…

Pour la petite histoire, on l’appelait autrefois le rocher « Li Cresse di laid saut ». On raconte que c’est du haut de ce roc qu’un orateur proclamait les sentences rendues par la Haute Cour de Nadrin. L’Ardenne est définitivement le pays des légendes et des mystères…

La randonnée que je te propose ici fait tout juste 7km de longueur, mais n’est accessible qu’aux personnes ayant le pied sûr. Prudence également si la météo est humide : la roche est assez glissante par endroits ! 225 mètres de dénivelé donc, à avaler en peu de temps.

La randonnée commence sur la place centrale de Nadrin où le stationnement est aisé. De là on descend vers le hameau d’Ollômont, probablement le plus ancien village de la commune de Houffalize. Une fois l’Ourthe atteinte, on prend vers la droite pour longer le fameux cours d’eau. On pénètre ici dans l’habitat naturel du martin-pêcheur que l’on peut facilement surprendre si l’on reste discret. Le cingle plongeur est aussi présent, sans oublier le cormoran beaucoup moins farouche. Et puis le long des berges, on trouve la trace du castor qui apprécie ronger les arbres du rivage. Peut-être en verrez-vous ?

Après environs 2 km, on arrive au pied du fameux rocher que l’on apercevait déjà depuis quelques minutes le long du rivage. Il va vous falloir l’attaquer de pied ferme ! Cela tombe bien, un sentier raide et équipé de chaines permet d’attendre la crête sommitale après quelques efforts. Tenez-vous bien, regardez où vous mettez les pieds et prenez votre temps. Vous voilà au sommet !

AVERTISSEMENT : Soyez prudent, on n’est jamais à l’abris d’une glissade ou d’une chute. Il n’y a pas de protection ni de barrières protégeant du vide. Je décline toute responsabilité en cas d’accident. En randonnée chacun se doit d’être responsable de sa propre intégrité physique et de pouvoir estimer sa capacité à continuer ou faire demi-tour, à n’importe quel moment.

Quand je vous dis que j’adore cet endroit… Arrivez-vous à sentir la rusticité des lieux ? Cette grandeur, ce coin sauvage que l’on n’a pas envie de quitter ? Il va le falloir pourtant !

Après avoir contemplé les environs, le sentier vous mène en bout de crête avant de redescendre fermement. La prudence est de mise, encore une fois. Une fois l’Ourthe retrouvée, le chemin est facile vers la droite pendant encore environs 2 km avant de remonter vers le plateau de Nadrin et retrouver votre véhicule.

Je vous souhaite une belle découverte dans notre belle Ardenne !

Maxime